Les échos du site

Nous complétons et nous corrigeons le fichier « Notariat de Savines (05) » par la lecture des minutes de Mtre Jouve, en ligne sur le site des archives départementales des Hautes-Alpes.

Dernières minutes

Actes à gogo

 

 
25 BMS
220 minutes notariales

Navigation

Nos recherches généalogiques dans les minutes notariales du champsaur [1] nous ont permis de découvrir les derniers descendants de la famille Michel de Beauregard. Nous avons eu envie d'en savoir un peu plus sur cette lignée dont l'anoblissement date de 1584.

 

Blazon des Michel de Beauregard d'apès Rivoire de la Batie [2] .

 

Les Michel sont originaires de Gap où ils possédaient un vignoble au XVIe siècle (J. Gueydan [3] et [4]). Arnaud, l'ancêtre, était marchand. Esprit, son fils, était notaire et c'est à l'époque trouble des guerres de religion qu'il a été anobli par le roi Henri III.

 

On possède peu d'informations sur les premières générations de cette famille. Toutefois, en 1703, une procédure de vérification de la noblesse de François Michel de Beauregard de Saint-Léger a été consigné dans une document (F 1483 [5]) et nous renseigne sur ses ancêtres directs.

 

Nous avons consulté :

  • Les minutes notariales du Champsaur et quelques-unes de Gap (AD 05 [6] 1 E) ;
  • Le document F 1483 ;
  • L'Armorial Haut-Alpin [7] ;
  • Les seigneurs de Beaumont ;
  • Les notes généalogiques du père Guillaume [8] ;
  • Mémoyres pour l'advenir par un gapençais anonyme, neveu du capitaine Esprit de Beauregard [9].

 

Dans la première version de l'article, nous avions relié deux des grandes familles nobles du Champsaur par le mariage d'Esprit Michel de Beauregard et d'Alix Martin de Champoléon comme le suggère Jean Grosdidier des Matons et Jean Gueydan mais il s'agit d'une extrapolation qui n'est pas du tout prouvée comme nous le verrons par la suite. Nous devons cette rectification à monsieur Pierre Faure, érudit et passionné de l'histoire de Gap, que nous remercions très chaleureusement.

 

Arnaud :

Arnaud Michel est la souche de cette famille. Né vers 1520, il est marchand de Gap et sous-fermier du consulat de Gap en 1546 (J. Gueydan).

Sous arrentement du consolat de Gap à Arnaud Michel par le sire Georges Giraud et ses compagnon les 28 février 1552  (Série G 1427). Il est possible que cet acte concerne le père de Mtre Esprit, mais méfions nous de l'homonymie.

 

Quittance en 1584 pour Arnaud Michel et son fils Esprit marié à Alix Michel ( Mtre Charles de Gap 1 E 1159).

 

Arnaud aurait eu plusieurs enfants :

  • Esprit qui suit ;
  • N (?) d'où Esprit (peut-être l'auteur anonyme des Meymoire pour l'advenir qui se dit neveu du capitaine Beauregard) marié à Rebecca de Poligny (J. Grosdidier) ; Rebecca teste le 24 mars 1643 (H sup 391 [10]) ;
  • Isabeau (?) peut-être femme de Jacques de Motte.

Arnaud est mort après le 27 mars 1584 (1 E 1159).

 

Esprit :

Esprit Michel est né au mileu du XVIe siècle à Gap. Il est marié le 23 février 1564 (F 1483). Notaire à Gap de 1565 à 1583, ses minutes sont conservées aux archives départementales sous les côtes 1 E 2620 à 1 E 2624. Il exerce également les offices de congreffier épiscopal en 1574 et de greffier en la cour ordinaire de Gap en 1577. Dès les premiers troubles, il s'engage avec bravoure dans les rangs catholiques jusqu'en 1584. Il est alors anobli par le roi Henri III. Peu après, il se convertit à la religion réformée. Sa noblesse est confirmée par Henri IV le 26 avril 1602. Il est mort entre 1616 et 1619.

 

En tant que catholique :

En 1574, le capitaine Esprit Michel, sieur de Beauregard, en compagnie de François Philibert, sieur de Montalquier, défend vaillamment le château de Serres, attaqué par Charles du Puy Montbrun, chef militaire des protestants en Dauphiné. Laurent Arabin [11] (contemporain d'Esprit Michel et de Lesdiguières) écrit : L'an 1574, le sieur de Montbrun se saisit de Serre. Le chasteau taint bon par le courage de monsieur de Beauregard et de monsieur de Montauquier qui n'ayant pour toute provision de bouche qu'un barbet l'escorcherent pour manger. Monsieur de Labourel, gouverneur de Gap, leur mena un secours de bien 1500 hommes, mais en vain car descouverts qu'ilz furent par monsigneur de Lesdiguières qui estoient logés au grand Aspres, il commande douze ou quinze chevaux de pouser et attaquer bien 500 enfans perdus; ce qu'il firent....

 

Le 19 septembre 1574, Esprit Michel achète au chanoine Sixte Constans une terre sise à l'Eysserenne à Gap pour 400 florins (Provence-Généalogie [12] n° 132).

 

Au début de l'année 1577, Lesdigières prend la ville de Gap et l'évêque, Paparin de Chaumont, est obligé de fuir. Peu de temps après, Esprit Michel est au côté du prélat lors d'une entrevue entre l'évêque et le chef des Huguenots (Pierre Faure).

 

Le 13 avril 1577, assignation donnée à nobles Bernardin et Jean Boyer, frères, Jean de Farel, ecuyer, Mtre esprit Michel, notaire royal… tous de Gap, afin de comparaitre devant Mtre Philippe Guerrier, à Grenoble, le 16 avril 1577, afin de déposer sur la prise de Gap (série G 1222). Quelques jours plus tard, Esprit, âgé de 32 ans ou environ, dépose contre maître Benoît Ollier, vi-bailli de Gap, seul cause de la perte de Gap et ruyne des habitants de ladite ville (série G 1221).

 

Selon le cadastre de Gap du 20 juillet 1582, Esprit possède une maison rue Souveraine et des vignes à Beauregard et à l'Eysserenne, dans les faubourgs de Gap (Provence Généalogie n° 132).

 

En 1583, Esprit participe aux négocations du projet de mariage entre le duc de Savoie, Charles-Emmanuel (1580-1630), avec Marguerite de Navarre, circonstances qui lui valent probablement ses lettres d'anoblissement (P. Guillaume).

 

Le 4 mai 1583, Esprit apparait avec le titre de notaire dans une transaction entre l'évêque de Gap et les habitants de Charance au sujet d'un bail (G [13] n° 1145).

 

Vers 1584, Esprit achète 50 charges de blé de rente de Charance pour le prix de 60 écus à l'évêque de Gap (Provence Généalogie n° 132).

 

Esprit est anobli en mars 1584 par Henri III, roi de France, en considération de ses services dans les armées du roi (F 1483).

 

En 1584, Esprit fait construire une maison forte près de Saint-Julien en Champsaur qu'il nomme Beauregard.

 

En tant que protestant :

Après avoir embrassé la religion protestante (au plus tard en octobre 1584), Esprit devient un des auxiliaires les plus dévoués de François de Bonne, duc de Lesdiguières, et maréchal de France (P. Guillaume).

 

En 1584, le capitaine Beauregard rejoint le roi de Navarre (futur Henri IV) dans le Béarn pour lui apprendre qu'une ligue s'est formée entre le duc de Savoie et la maison de Guise. Il aurait découvert la conjuration en feignant être toujours fortement attaché au catholicisme (Gautier [14] p 663).

 

En 1588, Lesdiguières lui confie, ainsi qu'à Montalquier, à Jacques de Poligny, à Balthazar de Combourcier, sieur du Monêtier, et à Laurent Arabin, le soin de reconstruire la citadelle de Puymaure, près de Gap. Lisons le capitaine Arabin qui participe à l'évènement: Monseigneur voulant tout a fait brider les enfans de Gap et assesseurs de leur ville qui luy servoit de pierre d'achoppement, et partant il donna commission à cinq de ses capitaines, sçavoir au sieur de Poliny, de Beauregard, de Montauquier, Monestier et à moy de fortifier le lieu de Pied Moure, nous y employames toutes nos forces et industries et commanceames ce travail le 4 avril 1588 en telle sorte que la place fut en deffance dans peu de jours et bien nous servit, car le 18e du mesme mois à la solicitation de ceux de Gap, le sieur de La Valette avec grandes troupes, nous y vint attaquer mais il y fut mieux receu qu'il ne vouloit nous le repoussames si bien qu'il perdit l'envie de nous revoir et le landemain reprit son chemin de Provence ou il estoit plus assuré. Du depuis ceux de Gap furent contrains de prendre loy de nous et de plier soubs le joug des plus forts.

 

En 1607, quittance de 60 L pour Esprit de Michel, sieur de Beauregard et de Saint-Julien, de Jean et Pierre Alleman, de la Montagne de Saint-Julien, au nom de Louise Martin leur mère, appelés en instance criminelle pour certaines rébéllions (Mtre Vacher de Saint-Julien 1 E 3690).

 

Le 17 janvier 1608, Esprit Michel de Beauregard donne quittance à Jacques de Motte marié à Isabeau de Beauregard, peut-être son beau-frère (Mtre Vacher de Saint-Julien 1 E 3690).

 

En 1616, Esprit représente Isabeau Comte au partage des biens de f Jacques Comte (Mtre Vacher de Saint-Julien 1 E 3691).

 

Le 10 octobre, puis le 25 décembre 1618, Lesdiguières recommande le sieur de Beauregard, son ami intime, au duc de Savoie et lui demande de l'aider à se dégager d'une mauvaise affaire (Actes et correspondances de Lesdiguières [15]).

 

Le 23 février 1564, Esprit convole avec Alix Martin, fille de Jacques, notaire de Saint-Julien, et de Catherine Vacher (Mtre Cesmat de Gap d'après F 1483). Nous retrouvons plusieurs actes de Mtre Louis Martin, notaire de Saint-Julien, fils de f Mtre Jacques en 1607. Citons, entre autres, la vente d'une terre qu'il fait le 10 septembre 1607 à Florent de Reynard, seigneur de Saint-Julien. La même année, Louis représente les manents de Saint-Julien contre Florent de Reynard à propos des tailles (Mtre Vacher de Saint-Julien 1 E 3690).

 

Esprit et Alix ont eu au moins onze enfants :

  • Sixte qui, le 1 juin 1616, achète une terre à Saint-Julien (Mtre Vacher 1 E 3691). En 1622, il signe un bail (Mtre Vacher 1 E 3692). Il achète la seigneurie de Pellafol en Isère en 1617 (J. Gueydan) et en fait hommage au roi le 31 1 1718 (Mtre Achard, notaire de Corps d'après J. Gueydan). Il épouse Anne Arabin avant 1617 (J. Gueydan) et teste le 1 juillet 1642 en nommant son neveu Sixte, fils de son frère Charles, comme héritier universel ;
  • Charles qui succède à son père ;
  • Magdelène mariée à Abraham Colomb le 22 juin 1581 (Brunet-Blocard à Gap 1 E 981) ;
  • François, mort après le 8 octobre 1584 ;
  • Geneviève, morte après le 8 octobre 1584 ;
  • Pierre, mort après le 8 octobre 1584 ;
  • André, mort après le 8 octobre 1584 ;
  • Constantin mort après le 24 avril 1607 (F 1483) ;
  • Edouard mort après le 24 avril 1607 (F 1483) ;
  • Jeanne femme d'Antoine Michel le 6 octobre 1600 (Is 1 B [16] 993) ;
  • Esther épouse de Jacques Vacher f Antoine, notaire de Saint-Julien. Son frère Sixte signe une reconaissance de dote le 21 novembre 1618 (Mtre Vacher 1 E 3692). Esther teste en faveur de ses enfants le 4 mars 1619 (Mtre Vacher 1 E 3692).

 

Esprit a rédigé plusieurs testaments dont un le 8 octobre 1584 (Mtre Brunet-Blocard de Gap 1 E 983) peut-être à l'époque de sa conversion (l'acte le signale protestant) et un autre le 24 avril 1607 (Mtre Martin d'après F 1483).

 

Esprit est mort après 1616 mais avant 1619 d'après le testament de sa fille Esther.

 

Charles I :

Charles est né vers 1585 (il n'apparait pas au testament de son père en 1584) et il est mort après 1654. Lui et son fils Sixte II héritent des seigneuries par le décès sans postérité de son frère ainé Sixte I.

 

Le 15 novembre 1616, Charles, fils d'Esprit, donne à son frère Sixte tous ses biens au cas où il ne reviendrait pas car il part à la guerre en Piemont en tant que lieutenant de la compagnie de Pierre de Poligny, seigneur de la Fare (Mtre Vacher 1 E 3691).

 

Le 13 mai 1654, Charles, seigneur de Pellafol, fait des comptes avec Jean Gaduel, consul moderne de Saint-Julien, à l'intention de son fils Sixte II, héritier de son oncle Sixte I (Mtre Vacher de Saint-Julien 1 E 3744).

 

Charles épouse Anne Brès, fille d'Honoré, le 12 décembre 1618 (Mtre Faure notaire de Gap d'après F 1483) d'où :

  • Sixte II qui suit, héritier universel de son oncle en 1643 et de son père en 1654 ;
  • Marguerite mariée avant 1618 à Jacques Leblanc, vi-bailly du Champsaur et avocat d'où Charles marié à Madeleine de Champ Fleuri (Mtre Robin de Saint-Julien 1 E 3321) ; Jacques apparait dans une cession de 1656 (Mtre Vacher 1 E 3752) et dans un bail en 1661 (Mtre Vacher 1 E 3753) ;
  • Laurent né en 1635 (H sup 142), probablement mort jeune ;
  • Anne femme de Jacques Blanc de Camargue le 12 février 1642 (J. Gueydan); Elle est citée au testament de son père en 1654 ;
  • Charles II, né en 1635, seigneur de Pellafol et de la Pinée, marié à Jeanne Richaud de Servoules. Il meurt en 1705 en laissant Charles III son fils et héritier J. Gueydan) ;
  • Alix mariée le 07 janvier 1652 (d'après les notes de P Guillaume) à Jean Philibert. Le 11 mars 1680, elle arrente des fonds (Mtre Plauche de Gap 1 E 3125).

 

Charles teste le 03 janvier 1654 au profit de son fils Sixte (Mtre Alix de Gap 1 E 276).

Signature de Charles à son testament

Sixte II :

Sixte est baptisé le 10 juin 1629 (J. Gueydan). Il meurt après le 6 avril 1701 (date de son ultime testament). Il est l'héritier universel de son oncle Sixte I en 1643.

 

Le 15 juin 1662, subrogation de Sixte pour un habitant de la commune de Saint-Julien (Mtre Vacher 1 E 3753).

 

En 1665, Sixte vend la seigneurie de Pellafol en Isère qu'il a hérité de son père (Série H supp 391).

 

Sixte achète la seigneurie de Saint-Léger le 14 juillet 1473 et en est investi par François de Bonne de Créquy, duc de Lesdiguières (Mtre Bouier intégralement recopié dans P Guillaume p 80).

 

Le 2 juin 1680, Sixte, époux d'Isabeau de Montauban, déclare avoir reçu 1700 livres de François de Montauban, par les mains de Scipion de Montauban (Mtre Vacher 1 E 3757).

 

Sixte est cité comme propriétaire d'une maison de campagne à Prélong/ Pralong en 1680. Il en a hérité de Jean Aimé son cousin qui la faite construire 40 ans plus tôt (Roman p 40 [18]). Nous remarquons qu'à cette époque, une famille noble d'Embrun, les Eyme sont seigneurs de la Pinée mais aussi -est-ce un hasard ? - de Beauregard (J Grosdidier). Jean Eyme, cousin de Sixte, pourrait appartenir à cette famille.

 

Le 23 décembre 1691, Sixte reçoit 21 L de Claudine Calvat veuve de Dominique Pellegrin de Saint-Julien pour une vente (Mtre Robin de Saint Julien 1 E 3321).

 

Sixte et son fils François assitent au mariage d'Esprit Vincent et d'Isabeau Garnier de Saint-Léger le 6 mai 1700. Ils font partis des amis de la famille de la mariée (Mtre Moynier d'Ancelle 1 E 2791).

 

Sixte s'est marié avec Isabeau de Montauban le 3 aout 1648 (Mtre Antoine Vacher de la Plaine intégralement recopié dans P Guillaume) et a eu huit enfants :

  • François époux de Marie de Reynard fille de Pierre et de Diane de Montauban qui suit ;
  • Scipion, mort avant son père ;
  • Sixte-Alexandre, mort avant son père. Il a fait un testament chez Mtre Aubert de Grenoble ;
  • David, mort avant son père ;
  • Joseph marié à Marie d'Isnard ; Quittance le 23 3 1694 de Joseph Michel de Beauregard, époux de Marie d'Isnard, cessionnaire de Diane de Montauban, veuve de Pierre Reynard pour débourg que le seigneur de Voreppe doit à Diane sa belle-mère et de François Michel, son frère, pour un légat de 300 L fait par feu Isabeau de Montauban du Villard dans son testament chez Mtre Bonnabel d'Orcières pour qu'il s'achète la charge de lieutenant (Mtre Leblanc d'Ancelle 1 E 2442) ; Il est mort après 1704 d'après un acte chez Mtre Maurel de Saint Bonnet (1 E 2591) ;
  • Anne femme de Philippe Pastre-Gournet ; Le 2 avril 1694, Philippe de Pastre-Gournet, bourgeois du Villars d'Amont, époux d'Anne de Michel de Beauregard, reçoit 2000 L de noble de François de Michel de Beauregard, seigneur de prélong, fils de noble Sixte marié à Marie de Reynard fille de noble de noble Pierre et de Diane de Montauban son beau-frère, pour légat de feu Isabeau de Montauban du Villars mère de la dite Anne (Mtre Leblanc d'Ancelle 1 E 2442) ;
  • Diane morte après le 15 4 1694 mais non citée au testament de son père le 6 avril 1701 ;
  • Marianne qui épouse Jean Pastre-Gournet le 6 août 1706.

 

D'après son testament, Sixte s'est remarié à Philippie Pastre-Gournet.

 

Sixte teste le 6 avril 1701. Il réside alors à Saint-Léger et se déclare malade. Son épouse Philippie Pastre-Gounet et ses enfants Marianne (à qui il laisse 600 livres et qui n'a pas encore atteint sa majorité de 25 ans), Anne et François, seigneur de Prélong, son héritier universel, sont cités dans l'acte (Mtre Moynier d'Ancelle 1 E 2792) .

 

François I :

François, est né en 1669 (notes de P Guillaume). Il est le propriétaire de la maison de Prélong en 1701 qu'il a hérité de son père (Roman) et habite le château de Saint-Léger. Il se marie en 1584 avec Marie de Reynard, sa cousine issue de germain. En 1707, le curé de Saint-léger le signale comme "nouveau converti" à la religion catholique avec son fils et ses deux filles (G n° 1103). Il meurt entre 1723 et 1728.

 

Quittance, le 26 mars 1694, pour noble François de Roux, seigneur de Bellafaire et de Gigors, cessionnaire de Charles du Serre, seigneur de Théüs, et noble François Michel de Beauregard habitant de Saint-Léger comme cessionnaire de Diane de Montauban veuve de Pierre Reynard, sa belle mère, pour acte du 28 mars 1675 chez Mtre Martin (Mtre Leblanc d'Ancelle 1 E 2442).

 

Le 24 décembre 1696, Sixte assiste sa belle mère Diane de Montauban veuve du sieur du Serre. Le 12 octobre 1698, ayant droit de sa belle mère Diane de Montauban, veuve de Pierre de Reynard, sieur du Serre de Corps ; François reçoit 117 livres de Marguerite Villard veuve de Jean Allec f Julien de Chantaussel et Julien son fils pour acte de 1657 (Mtre Robin de Saint-Julien 1 E 3322).

 

Photo du château de Sain-Léger sous la neige (source : office de tourisme de Saint Léger)

 

Accord le 6 aout 1702 entre François et sa soeur Marianne qui habite elle aussi à Saint-Léger. Charles de Michel, sieur de la Pigne, leur oncle paternel et Jacques Leblanc, bourgeois de Gap, leur cousin germain assistent à l'accord. Isabeau de Montauban du Villard, leur mère a fait son testament chez Mtre Bonnabel d'Orcières en laissant, 1300 livres à François (l'ainé) et à Scipion, Sixte-Alexandre, David et Joseph ses enfants mâles et 2000 livres à chacune des filles Anne, Diane et Marianne. Scipion, serait mort sans testament en laissant son héritage à son père et à ses frères et soeurs. Ensuite est mort Sixte-Alexandre qui a fait un testament chez Mtre Aubert de Grenoble en léguant ses biens à son frère François. David est aussi mort puis Diane après le 15 avril 1694. Enfin, Sixte, leur père, est décédé. Ils s'accordent sur leur part d'héritage. Est rappelé dans l'acte que leur oncle Sixte I Michel de Beauregard, lieutenant du roi et grand-oncle des partis, a fait son testament le 1 juillet 1642 (Mtre Moynier d'Ancelle 1 E 2793).

 

Le 27 mars 1704, François reçoit 2000 L de sieur Philippe Pastre-Gournet, major des milices de Pragela, habitant au villard d'Allemon, marié à Anne de Michel, son beau-frère (contrat de mariage le 9 novembre 1691 Mtre Blanc d'Ancelle) ; Joseph de Michel, son frère, est cité dans l'acte (Mtre Maurel de Saint Bonnet 1 E 2591 ).

 

Le 12 février 1721, François Michel de Beauregard et son fils François sont témoins du testament de Marie Chevalier, habitante de Saint-Léger (Mtre Leblanc d'Ancelle 1 E 2443).

 

Le 30 mai 1723, noble François Michel de Beauregard, résidant dans son château de Saint-Léger, arrente moulins, pressoirs et battoirs à Jean et Joseph Giraud, père et fils, de Chabottonnes (Mtre Leblanc d'Ancelle 1 E 2444).

 

Le 8 novembre 1684, François épouse Marie de Reynard, fille de Pierre, seigneur du Serre, et de Diane de Montauban  (Mtre Buy d'après F 1483) d'où :

  • François II qui suit ;
  • Marguerite (décédée avant 1752) mariée à Alexandre Lagier de la Valette d'où Alexandre, Pierre (contrat de mariage avec Hélène Ruinat-Gournier de Corps le 7 juin 1752) et Marie ;
  • Marie probablement décédée jeune mais après 1707 ;

 

François est mort entre 1721 et 1728. Le 12 février 1721, François et François Michel de Beauregard père et fils sont témoins du testament de Marie Chevalier (1 E 2443) mais le 7 juillet 1728, François Michel feu François donne quittance (1 E 2784).

 

Francois II :

François II est né en 1701 et il est mort en 1745 sans enfants.

 

Le 7 juillet 1728, quittance pour François, seigneur de Beauregard, donataire de noble François son père de Suzanne Bonnet-Rigou f Jacques épouse d'Antoine Nicolas des Jacobs de Saint-Légier (Mtre Moynier d'Ancelle 1 E 2784)

 

Le 27 avril 1731, François Michel de Beauregard, noble de Saint-Léger, arrante une grange à Jean Martin-Lausier et à ses fils Pierre et Jean (Mtre Moynier d'Ancelle 1 E 2785).

 

François épouse Françoise-Marie Vial d'Allais fille de Vincent et de Jeanne Marie Gravier le 20 octobre 1719 (Mtre Gaignière 1 E 1833).

 

Le 25 février 1741, François Michel, sieur de Beauregard, habitant son château de Saint-Léger, arrente le domaine qu'il possède à Corps de l'héritage de f Doucette de Reynard du Serre, sa tante, à François Aglad, aubergiste de Corps (Mtre Méailles de Saint Julien 1 E 7763).

 

Le 30 décembre 1744, testament de François qui habite son château de Saint-Léger ; il nomme pour héritère universelle son épouse Françoise Vial ; il lègue à Marie Lagier de la Valette sa nièce 2000 L pour qu'elle se marie ; Il lègue des biens à ses neveux, Alexandre Lagier de la Valette, mort à Saint léger à 50 ans le 31 octobre 1759 (BMS [17]) et Pierre Lagier de la Valette, mort à Saint léger à 70 ans le 27 décembre 1781 (BMS) ; Il lègue également 1500 L à noble Louis de Michel, seigneur de la Pinée (Mtre Méailles de Saint Julien 1 E 7765).

 

Le 31 décembre 1744, Françoise Vial, femme de François de Michel de Beauregard (HU), teste également (Mtre Méailles1 E 7765) ; Elle lègue 2000 L à Sanson son frère, trésorier de France au département de Dijon ; Elisabeth de Théus sa sœur ; Marie Lagier de la Valette sa nièce (morte à 77 ans le 25 12 1787 à Saint Léger (BMS)).

 

François Michel, époux de Françoise Vial, meurt le 12 mars 1745 selon le BMS de Saint-léger les Mélèzes. Il est enterré en terre profane, selon la réquisition de son épouse.

 

Le 16 juillet 1745, Françoise Vial remet l’héritage de son mari François de Michel, sieur de Beauregard à son neveu Pierre de la Valette (Mtre Méailles de Saint Julien 1 E 7765).

 

Françoise Vial teste le 27 juillet 1762 en faveur de son neveu Sanson Vial d'Allais chez Mtre Goudet, notaire de Valserre (Mtre Goudet 1 E 2122).

 

 

Bibliographie :

[1] Voir sur ce site page : "actes à gogo"

[2] Armorial du Dauphiné Rivoire de la Bâtie

[3] Les seigneurs de Beaumont 2003 Jean Gueydan

[4] Michel de Beauregard de la Pigne Jean Gueydan 2011 dans Généalogie et Histoire n° 146

[5] Série F déposée aux A.D. Hautes-Alpes

[6] Minutes notariales déposées aux A.D. des Hautes-Alpes (Mtre Vacher, Robin, Leblanc...)

[7 ] Armorial Haut-Alpin 2000 Jean Grosdidier des Matons

[8] Les notes généalogiques du père Guillaume déposées aux A.D. Hautes-Alpes

[9] Publication des "Mémoyres pour l'advenir par un gapençais anonyme, neveu du capitaine Esprit de Beauregard" Joseph Roman dans le Bulletin de la société d'études des Hautes-Alpes 1886

[10] Serie H déposée aux A.D. des Hautes-Alpes

11] Mémoire de la vie de Monseigneur le connestable des Diguières Laurent Arabin dans acte et coorspondances de Lesdiguières tome III Roman

[12] Magazine : Provence Généalogie n° 132 année 2004

[13] Serie G déposée aux A.D. des Hautes-Alpes

[14] Histoire de la ville de Gap et du Gapençais tome I 1909 Théodore Gautier

[15] Actes et correspondances de François de Bonne, connétable de Lesdiguières 1878 Joseph Roman

[16] Serie B déposée aux A.D. de l'Isère

[17] registre paroissiaux des baptêmes, mariages et Sépulture (désormais BMS) de Saint-Léger les Mélèzes

[18] Tableau historique du département des Hautes-Alpes 1887 Joseph Romam

 

Il y a actuellement 1 utilisateur et 0 invité en ligne.