Les échos du site

Nous avons remis à jour notre fichier concernant les relevés des notaires d'Embrun.

Dernières minutes

Actes à gogo

 

 
25 BMS
220 minutes notariales

Navigation

Les Montauban-Flotte, descendants des seigneurs du Villar, rameau secondaire des seigneurs de Beauchaine, eux mêmes branche des seigneurs de Montmaur, sont parmi les derniers suzerains d’Ancelle. En effet, Gaspard de Montauban-Flotte devient seigneur d’Ancelle par héritage de son oncle Jacques de Rambaud, frère du capitaine Furmeyer. Nous avons eu envie d'en savoir un peu plus sur cette famille protestante qui a participée à l'histoire locale, notamment à l'époque des guerres de religion et de François de Lesdiguières.

 

Le blazon des anciens seigneurs d'Ancelle qui orne la maison de monsieur et madame Matheron à Ancelle que nous remerçions de nous avoir permis de le photographier. On remarquera l'if  sur lequel est perchée une colombe.

 

Les Flotte et les Montauban sont deux familles très anciennes du Dauphiné. Leurs généalogies remontent jusqu'au douzième siècle mais sont partiellement incertaines. Par contre, celle de leurs descendants, les Montauban-Flotte, est bien renseignée par une multitude d'actes compilés dans la série 7 E [1] conservée aux Archives Départementales des Hautes-Alpes.

 

L’ancêtre de cette branche des Montauban, dite "du Villard", se prénomme Perceval. Il est, selon J. Roman et G. Manteyer, un fils naturel de Raymond de Montauban, seigneur de Saint-André de Bochaine. Son fils Simon s'allie avec une héritière de la famille Rambaud.

 

Pour les périodes les plus anciennes, nous avons utilisé les ouvrages classiques :

  • Histoire généalogique des familles, De Bonne, De Créquy, De Blanchefort ... De Montauban [2] ;
  • Généalogie de la famille d'Aix-Artaud [3] ;
  • Les Alleman [4] ;
  • Armorial Haut-Alpin [5] ;
  • La terre de Jarjayes [6] ;
  • Les cartulaires de Durbon [7] et Bertaud [8].

Pour la période moderne, nous avons effectué des recherches dans :

  • La série 7 E (compilation d'actes concernant Jarjayes) ;
  • La série F 4023 [9] (documents concernant la famille Montauban-Flotte du Villar) ;
  • Les séries E [10] et G [11] ;
  • Quelques anciennes minutes notariales conservée aux Archives Départementales des Hautes-Alpes.

 

 

Les ancêtres Montauban :

Les Montauban remonte, en ligne masculine, jusqu'à la famille d'Aix en Diois. Au début du douzième siècle, le Beauchaine/Bochaine appartenait aux comtes de Die jusqu'à sa dernière représentante, Roais, qui épouse  Hugues, seigneur d'Aix, en 1176.

 

Les membres de cette famille prennent alternativement les noms d'Aix et d'Artaud puis à partir de 1210, celui de Montauban  après que Dragonette de Mondragon-Montauban ait épousé Isoard d'Aix-Artaud (ADHA série F 4023).

 

Les Montauban ont apparamment une origine commune avec les Mévouillon qui dominent toute la région des Baronnies. C'est Dragonette de Mondragon, épouse d'Isoard d'Aix, qui introduit ce nom dans la famille Aix-Artaud.

 

Les premiers maillons de la famille Aix-Artaud :

Trois ou quatre générations, plus ou moins incertaines, précèdent celle d'Hugues marié à Roais de Die. Jean Grosdidier propose :

  • Guillaume (°1080 +>1060) d'où
    • Guillaume (°1110 +>1145) x Raynaude d'où
      • Hugues mari de Roais de Die.

 

d'Hugues Artaud à Isoard :

Les connaissances, pour les trois générations qui suivent, semblent plus solides. Les Artaud ont été généreux pour les monastères de Durbon et Bertaud ce qui nous permet de les suivre.

 

Hugues x Roais de Die :

Hugues est né vers 1145. Il est seigneur d'Aix en Diois, de Chatillon et de Bellegarde... Son alliance avec Roais de Die est à l'origine de la prospérité de sa famille (J. Roman).

 

En 1191, Hugues fait une donation au monastère de Durbon, en présence de ses deux fils Guillaume et Guigues (Durbon n° 203).

 

Vers 1160, Hugues épouse  Roais de Die fille d'Isoard, dernière héritière des comtes de Die. De ce mariage, naissent :

  • Guillaume qui suit
  • Guigues (mort avant 1205) x Almodis de Mévouillon d'où Hugues ;

 

L'héritage de Roais apporte dans la famille Aix Artaud les châteaux et les terres qui forment la baronnie de Châtillon dans le Diois (U. Chevalier [12]).

 

En 1076, à Lus la Croix Haute, Roais, fille du comte de Die, confirme à la chartreuse de Durbon les donations de son père et de son frère. Ses fils Guillaume et Guigues confirment à leur tour ces libéralités (RD [13] n° 4602 ci-contre). D'après Ulysse Chevalier, Roais est décédée vers 1198.

 

Les comtes de Die descendent des vicomtes de Gap, eux-mêmes membres de la nébuleuse famille de Mison :

  • Isoard (°970 +>1030), seigneur de Mison, marié à Dalmacia d'où
    • Pierre (°1000 +>1045), vicomde Gap, époux d'Ingelberge d'où
      • Isoard (°1030 +<1091) marié à Petronille d'où
        • Isoard (°1060 +>1099), comte de Die, d'où
          • Josserand (°1090 +<1149) marié à Béatrix d'Albon d'où
            • Isoard (°1120 +>1176), comte de Die, d'où
              • Roais femme d'Hugues Artaud

Hugues est mort entre septembre 1211 et février 1212. En septembre de cette année là, il reçoit l'habit canonique au prieuré de Saint-Marcel de Die, en présence de son fils Guillaume (M. Rieutor).

 

Guillaume :

Guillaume, seigneur d'Aix en Diois, est né vers 1170. Son épouse est inconnue mais Michel Rieutor note que son fils apparait en 1248 avec son parent Isoard de Bourdeaux et suggère que l'épouse de Guillaume soit une fille de la famille de Bourdeaux.

 

Le 21 octobre 1205, à Aix, Guillaume Artaud, seigneur d'Aix, pour lui et son neveu Hugues, reconnait à la chartreuse de Durbon des droits sur le domaine et terroir de Vaux. Son fils Isoard reçoit 20 sols pour sa confirmation (Durbon n° 283).

 

Le 2 février 1212, Guillaume Artaud et son neveu, Hugues fils de feu Guigues, approuvent la donation à l'église de Die faite par Hugues père de Guillaume et grand-père d'Hugues (U. Chevalier).

 

Le 23 novembre 1212, à la Roche des Arnaud, Guillaume Artaud et son fils Isoard donnent aux religieuses de la maison d'Aurouse le droit de pâturage dans tout le mandement de Montmort... (Bertaud n° 4).

 

Le 30 mars 1230, Guillaume Artaud fait donation de biens à la chartreuse de Durbon. Ses deux fils, Pierre Isoard et Isoard, figurent dans l'acte (U. Chevalier).

 

Le 20 mai 1230, donation et vente de Guillaume Artaud, à la chartreuse de Durbon, du domaine qu'il possède à Vaux, sur le territoire du château de Montmaur, en présence de son fils Pierre-Isoard (Durbon n° 366).

 

En 1232, exemption de franchise de tout péage et pulvérage faite en faveur de Durbon par Guillaume Artaud de toute sa terre, pour les bestiaux du monastère (Durbon n° 804).

 

Le 21 février 1238, Guillaume Artaud rend hommage à Humbert, évêque de Die, pour Treschenu (RD n° 7675).

 

En 1239, Guillaume reconnait tenir en fief le château et la terre de Châtillon de l'évêque de Die (U. Chevalier).

 

Les enfants de Guillaume sont :

  • Pierre-Isoard, seigneur d'Aix, époux de Saure de Mévouillon ; Il est décédé avant 1268 (M. Rieutor) ;
  • Isoard qui suit.

 

Guillaume est mort après 1239.

 

Isoard x Dragonette de Mondragon :

Isoard est né vers 1190. Il hérite de la baronnie de Châtillon en Diois et d'un certain nombre de châteaux et domaines situés au diocèse de Gap (U. Chevalier).

 

Vers 1209, Ysoard fils de Guillaume Artaud, pour le repos de son âme et celles de ses parents, fait une donation à la chartreuse de Durbon (Durbon n° 331).

 

En 1239, Isoard donne des paturages en Dévoluy et à la Cluse à la chartreuse de Durbon. Il confirme les libéralités faites par ses ancêtres et s'engage à faire ratifier par son fils ce qu'il vient d'accorder aux moines (U. Chevalier). 

 

Isoard d'Aix s'empare, dès le décès de son beau-père, de terres qu'il considère appartenir à son héritage mais son neveu, Dragonet de Montauban, petit-fils de Dragonet le Preux, proteste contre cette usurpation. Dès 1241, une guerre entre les deux hommes est attestée et les armes n'ont pas été favorables à Isoard d'Aix (U. Chevalier). Une sentence de 1242, qui met fin à la querelle, nomme Dragonette de Mondragon, son mari Isoard d'Aix, et leurs deux enfants Raymond et Malberjonne, femme de Raymond des Baux (Baux [14] n° 298).

 

Le 13 juillet 1243, à la Roche, Isoard d'Aix, seigneur de Châtillon en Diois, donne et confirme tout ce que Bertaud a acquis ou pourrait acquérir à Montmaur et la Cluse. Il se porte garant pour Raymond de Montauban son fils (Bertaud n° 48).

 

Le 27 juin 1244, donation faite par Isoard d'Aix, seigneur de Châtillon en Diois, d'un champ appelé la Beccea (Durbon n° 426).

 

Isoard et Dragonette n'ont que deux enfants parvenus à l'âge adulte :

  • Malberjonne mariée en juin 1239 à Raymond des Baux ; le 17 juin 1239, Isoard d'Aix, seigneur de Châtillon et sa femme Dragonette donnent à leur fille Malberjone, qui épouse Raymond des Baux, prince d'Orange, les châteaux de Condorcet, Montjoux, Teyssières... (RD n° 7724) ;
  • Raymond qui suit;

 

Dragonette de Mondragon est la fille de Dragonet le Preux. Selon E. Smet [15], sa mère est Vierne de Baladun; seconde femme de son père, mais Jean Grosdidier préfère lui donner comme mère Gasca de Montauban. Cette deuxième solution semble plus sage compte tenu que les descendants de Dragonette reprennent le nom de Montauban.

 

Les seigneurs de Mondragon sont issus d'une branche cadette des Mévouillon (J.P. Poly [16]). D'après Etienne de Smet, les premiers seigneurs de Mondragon sont :

  • Pierre-Pons (°1060 +>1108) d'où
    • Dragonet (°1090 +1163 ), marié à Dia, d'où
      • Guillaume (°1120 +>1143) d'où
        • Dragonet le Vieux, époux de Sibuida de Mévouillon, d'où
          • Dragonet le Preux mari de Gasca de Montauban (puis de Vierne de Baladun).

 

En 1261, Raymond, fils d'Isoard, mécontent du partage des biens effectués par son père, marche sur lui, les armes à la main. Le 11 novembre 1261, par acte solemnel, Isoard déshérite son fils (Les Baux n° 463).

 

Le 11 novembre 1263, testament d'Isoard d'Aix qui déshérite son fils rebelle Raymond et institue pour son héritière universelle, Malberjonne sa fille (CD n° 10081 ci contre).

 

 

De Raymond de Mautauban à Perceval :

L'étude de la famille de Montauban est compliquée car de nombreuses erreurs jalonnent les documents que nous avons pu consulter. Les contradictions entre les différents auteurs sont notables, les chronologies sont défaillantes et les pièces authentiques citées ont parfois disparu ou les côtes ne correspondent plus... En fait, cette famille se divise en plusieurs branches et les érudits ont eu des difficultés à trier chaque rameau. Preuve en est les généalogies proposées des seigneurs de Beauchaine présentées dans le tableau qui suit.

 

 

Malgré de larges différences, les généalogies des seigneurs de Mautmaur et du val Beauchaine ont suffisament de points communs pour qu'une trame en soit dégagée.

 

Raymond, fils d'Isoard :

Raymond de Montauban est né vers 1225 d'Isoard d'Aix et de Dragonettte de Mondragon. Il n'entretenait pas de bonnes relations avec son père qui favorise son gendre, prince d'Orange (voir son testament ci dessus).

 

Raymond est présent, en 1239, à une donation de son père (M. Rieutor). En 1243, son père se porte garant pour lui.

 

A Durbon, le 27 mai 1244, Raimond de Montauban, fils d'Ysoard, confirme avec serment à Garnier, prieur de Durbon, les donations de Guillaume Artaldi et du dit Ysoard, comprenant le territoire de Vaux, le pâturage dans leurs terres, et le contenu de leurs chartes ; Raimond y ajoute la faculté d'acquérir dans le territoire de Vaux (RD n° 8073).

 

Le 29 mars 1248, à Die, Isoard d'Aix émancipe son fils Raymond de Montauban et lui donne, entre autres, les seigneuries de Lus et de Bochaine (Bertaud n° 57 ci contre).

 

Le 16 février 1258, Raymond est témoin d'un accord entre le dauphin Guigues et le comte de Provence, Charles d'Anjou, touchant l'hommage du Gapençais (Valbonnays [17] p 205).

 

En 1266, un arbitrage termine le différend entre Raymond de Montauban et son beau-frère Raymond des Baux. Raymond reçoit la seigneurie de Montmaur et Volvent (RD n° 10436 ci contre).

 

En 1270, Raymond de Montauban accompagne saint Louis à la croisade de Tunis (M. Rieutor).

 

En 1270, confirmation de plusieurs donations et ventes faites en faveur du monastère de Bertaud et par exprès des communautés de Rabioux et Sauvas par le seigneur Raymond de Montauban (Bertaud n° 312).

 

Le 12 septembre 1278, Raimond, agissant au nom de Guillaume Artaud, son cousin, rend hommage au dauphin Jean pour la seigneurie d'Aix.

 

En 1279, instrument par lequel il apparait que le prieur de Durbon fait excommunier noble Raymond de Montauban lequel, voulant être absous, supplie l'archevêque d'Aix qui députe le prieur de Mison et en fait son juge subdélégué. Raymond est condamné à payer 15 livres (Durbon n° 832).

 

En 1279, Raymond de Montauban signe une ligue offensive et défensive avec Didier de Sassenage, Guillaume Artaud, seigneur d'Aix, Aynard de la Tour, Gillet Alleman et autres seigneurs (Salvaing de Bressieu [18] p 98).

 

Les fils de Raymond sont :

  • Reynaud, seigneur de Montmaur, marié en 1299 à Alix Auruce de l'Argentière ;
  • Guillaume qui suit.

 

Raymoind est mort entre 1279 et 1281.

 

Guillaume (°1260 +1329) :

Guillaume est né vers 1260. Il est seigneur de Lus, la Baume des Arnauds et le Val de Beauchaine.

 

Un jugement du 12 juin 1281, prononcé à Aix-en-Provence, décide que Reynaud de Montauban, seigneur de Montmaur, pour lui et son frère Guillaume, sera tenu de confirmer toutes les donations de ses prédécesseurs à la maison de Durbon (M. Rieutor p 159).

 

En 1315, Guillaume transige avec son frère Reynaud à propos de l'héritage de leur père (J. Roman).

 

En 1316, Guillaume, seigneur de Beauchaine, fait cession d'une terre à Saint-André en Beauchaine (M. Rieutor p. 163).

 

Guillaume a été marié plusiurs fois :

  • d'une première épouse est né son héritier (aucune de ses deux épouses connues ne citent Guillaume comme leur fils) :
    • Guillaume ;
  • de Béatrix de la Roche, fille de Sibille, dame de Trets et du Revest et de Raimond de Montauban :
    • Raymond de Montauban, viguier de Marseille (1352-1353), héritier de sa mère par testament (Gérin-Ricard [19] p. 213-214) ;
    • Dragonnet héritier de sa mère par testament (Gérin-Ricard p. 213-214) ;
  • Mabille d'Agoult : elle teste en faveur de ses neveux le 8 juillet 1338 (M. Rieutor) ; le 22 mars 1339 à Pont-de-Sorgues, accord entre le dauphin Humbert et Gauffred d'Agout, fils de Raymond, héritier de Mabille, veuve de Guillaume Artaud, seigneur du château inférieur de la Beaume-des-Arnauds, et hommage pour le dit château à la réserve d'une partie qui relève de l'église d'Aspres (RD n° 29684).

 

Guillaume teste le 13 décembre 1329 (J. Grosdidier).

 

Guillaume (°1290 +>1339) x Spata :

Guillaume peut être né dans la dernière décennie du XIIIe siècle. Il est seigneur de Saint-André en Beauchaine, du Val Beauchaine et de Lus la Croix Haute.

 

En 1334, Guillaume rend hommage au dauphin pour ses terres de la vallée de Beauchaine (M. Rieutor).

 

A Pont-de-Sorgues, le 22 mars 1339, hommage au dauphin par Geoffroy d'Agout, Giraud Humbert, Raymond de Montbrand et Spata de Montbrand, femme de Guillaume Artaud, seigneur de Lus et de Glandage, pour la terre de la Baume (RD n° 29685).

 

Le seul fils que l'on peut attribuer avec certitude à Guillaume est :

  • Isoard qui suit.

Guillaume est mort avant 1344.

 

Isoard (°1320 +>1344) :

En 1344, Isoard de Montauban, fils de Guillaume, seigneur de Val-Beauchaine, Saint-André en Beauchaine et d'une partie de Lus, rend hommage au dauphin des terres que son père lui a données (M. Rieutor).

 

En 1350, il fait un nouvel hommage au Dauphin (J. Roman).

 

Les enfants d'Isoard sont :

  • Dragonet qui suit ;
  • Raymond ne vers 1360, seigneur de Saint-André, marié à Catherine d'Aix et à Isabelle de Simiane. Ses deux mariages, restent sans postérité.

 

Dragonet (°1350 +>1385) :

Il prête hommage au dauphin le 6 fevrier 1365 (J. Roman).

 

Les enfants de Dragonet sont :

  • Antoine qui suit ;
  • Louis (°1380 +>1417) qui détache en 1417, le fief du Villard de la seigneurie de Beauchaine qu'il vend à son oncle Raymond (ADHA série F 4023) ;
  • Isabeau (ou Mabille ADHA série F 4023) qui détache en 1417, le fief du Villard de la seigneurie de Beauchaine qu'il vend à son oncle Raymond ;
  • Guillaume, coseigneur du Valgaudemar en 1439 ;

 

Antoine (°1380 +>1443) :

Antoine, vichâtelain du Champsaur (1429 - 1443), est marié vers 1429 à Clémence d'Ambel fille de Raymond (J. Grosdidier).

 

Clémence et Antoine ont eu :

  • Raymond, seigneur du Beauchaine, marié à Simonette de Commiers (Grosdidier) d'où Claude et Jean ;
  • Baltazard, juge delphinal en 1484.

 

 

Les Montauban du Villar :

La généalogie des Montauban du Villar, à partir de Perceval, peut être établie grâce à des documents authentiques (mariages, testaments...) et ne peut comporter d'erreurs. En revanche, si Perceval est sûrement un membre de la famille précédente, on ne sait comment le relier.

 

Perceval x Antoinette Alleman :
Un acte relevé dans une minute de Mtre Catelan (ADHA 1 E 1096 [20]), daté du 1 mai 1636, rapporte que Perceval a testé le 4 juillet 1529. Son fils Simon épouse Marguerite Rambaud en 1535. On peut en déduire que Perceval est né dans une large fourchette allant de 1455 à 1475. Il aurait été alors âgé à son testament de 55 à 75 ans.

 

Raymond, père de Perceval, peut être raisonnablement né entre 20 et 60 ans avant son fils donc entre 1390 et 1450. S'il faut choisir un Raymond comme père de Perceval dans la généalogie des seigneurs de Beauchaine, le candidat le plus sérieux serait le fils d'Antoine marié à Clémence d'Ambel. C'est la proposition de J. Grosdisdier.

 

Joseph Roman avait pensé que le père de Perceval était Raymond fils de Dragonnet. Raymond aurait acheté en 1417 le fief du Villard à ses frère et soeur nommés Louis et Isabelle (TH I [21]). Un peu plus tard, ce même auteur suggérait que Raymond, père de Perceval, marié deux fois et sans postérité légitime, était le frère de Dragonet (BSEHA). A l'évidence, la chronologie interdit cette hypothèse mais Joseph Roman n'aurait-il pas oublié une génération ? Tout cela reste encore à prouver.

 

J. Roman, qui ne donne pas sa source, relate que Perceval est marié à Antoinette Alleman d’Uriage fille de Guigues, seigneur d'Uriage et de Domène, et de Marie Grinde. Michel Rieutor, qui a longuement détaillé la généalogie des Alleman d'Uriage, ne cite pas d'Antoinette fille de Guigues (qui teste le 20 mai 1496 en nommant ses enfants).

 

En 1491, Perceval arrondit sa seigneurie par quelques petites acquisitions (TH I).

 

On connait un fils à Perceval :

  • Simon qui suit.

 

Perceval teste le 04 juillet 1529 chez Mtre Villari de Veynes (dont les archives sont perdues) selon un acte du 1 mai 1696 conservé dans une minute de Mtre Catelan (ADHA 1 E 1096).

 

Simon de Montauban du Vilar x Marguerite Rambaud :

Simon, seigneur du Villar et de la Faurie, fils de Perceval, est né vers 1500. Il épouse Marguerite Rambaud, fille de Guélix et d'Anne de Matheron, soeur du capitaine Furmeyer, le 4 janvier 1535 (ADHA série 7 E 28 d'après Mtre Chabal de Veynes et Mtre Catelan de Gap).

 

Certainement à la suite de son mariage, Simon adhère à la religion réformée (ADHA série F 4023).

 

Simon fait partie de l'arrière ban des nobles du Gapençais en 1535 (G Allard).

 

Simon et son épouse, Marguerite de Rambaud, ont eu plusieurs enfants :

  • Gaspard qui suit ;
  • Isabelle mariée le 26 mars 1581 à Joseph de Martinel, gouverneur de Serres (J. Grodidier d'après 7 E 28) ;
  • Marguerite qui a un fils naturel de Jacques de Rambaud ;
  • Honorade x Claude Chappan (ADHA série F 4023).

 

Le 20 juin 1542, Marguerite de Rambaud teste à Veynes (ADHA série F 2159) mais elle est décédée après le 5 octobre 1580 car elle est citée au testament de son frère Jacques (ADHA série G 1592).

 

Gaspard x Catherine Flotte :
Gaspard est né vers 1540 et mort après 1609. Il est l'héritier universel de son oncle Jacques de Rambaud en 1780 (ADHA série G 1592). De religion réformée, il est un des lieutenants les plus actifs de Lesdiguières.

 

Gaspard entame une carrière de militaire qu'il poursuivra toute sa vie. Il est gouverneur de Serres en 1577, de la Mure en 1580, de Gap de 1593 à 1618, lieutenant du grand maître de l'artillerie du Dauphiné, grand bailli d'épée des montagnes, général des troupes de la république de Genève (J Roman).

 

Le 01 septembre 1576, Gaspard épouse Catherine de Flotte, fille de Jean. La  dot de Catherine s'élève à 3600 L + 400 L de robes et la coseigneurie de Jarjayes (ADHA série 7 E 28 d'après Mtre Guillaume Leblanc d'Ancelle ADHA 1 E 3924 [22] et Pelloux de Neffes).

 

A Serres, en 1577, lettres patentes de Lesdiguières nommant noble Gaspard de Montauban, seigneur du Villard, gouverneur de Serres (Jarjayes n° DLXXVII).

 

A la Mure, en 1580, lettres patentes de Lesdiguières nommant noble Gaspard de Montauban, seigneur du Villard, gouverneur de Serres (Jarjayes n° DLXXX).

 

Le 5 novembre 1592, Gaspard achète pour 500 écus d'or de tout ce que Michel de Pontevès possède à Notre-Dame-du-Villard (TH I).

 

Le 26 octobre 1593, vente à noble Gaspard de Montauban, seigneur de Jarjayes, de la châtellenie et mandement de Savines, au prix de 2100 écus (ADHA série E 151).

 

Entre 1594 et 1608, achat de diverses propriétés et pièces de procédures pour Gaspard de Montauban-Rambaud et Catherine Flotte son épouse (ADHA série 7 E 27).

 

En 1603, une querelle s'élève entre Gaspard du Villard et le sieur Disimieu à propos du fief de Saint-Beron. Disimieu rend responsable Gaspard, alors général des Genevois, du sac de son château comme en témoignent plusieurs lettres de Lesdiguières [23] (lettres  n° CCCXCIX, CD, CDXXXIII, CDXLIX).

 

Les enfants de Gaspard et de Catherine Flotte sont (ADHA série F 4023) :

  • Isabeau, femme d'Alexandre Philibert, seigneur de Charance ;
  • Marguerite, épouse de Laurent de Thiennes, seigneur de Clelles ;
  • Pierre, seigneur de Bruyères, marié à Jeanne Buès ;
  • Scipion qui teste le 23 octobre 1647 (Mtre Esprit Thomé de Gap) ;
  • François marié le 23 mars 1628 à Suzanne de Pascal de Lèches ; mort après 1641 ;
  • Joseph qui suit.

 

le 1 avril 1609, transaction entre noble Gaspard de Montauban de Rambaud, sieur du Villard, gouverneur de la ville de Gap et noble Hercule de Sibust, sieur de Saint-Féréol, gouverneur de Roman, relativement à la succession de sieur Jean de Flotte, seigneur de Jarjayes (ADHA série 7 E 31).

 

Gaspard teste 20 novembre 1623 (J. Grodidier d'après les archives de Manteyer).

 

Un acte du 29 mars 1713 (ADHA 1 E 3768 Mtre Jacques Vallon de Gap [24]) rappelle des donations faites à l'église réformée par les sucesseurs de Gaspard de Montauban-Rambaud.

 

La famille de Catherine ;

Catherine est née vers 1560.  Elle est codame de Jarjayes et porte la coseigneurie à son mari Gaspard de Montauban en 1576.

 

Le tableau ci dessus résume les différentes générations qui séparent Jean de Flotte, seigneur de Jarjayes, à Catherine, seule héritière de cette branche.

 

Le 15 janvier 1557, testament de Jean Flotte, feu noble Jean Flotte, seigneur de la plus grande partie de Jarjayes qui laisse aux trois filles de son frère naturel Jean Flotte (Isabelle, Magdelène et Catherine) 30 florins ; il donne 100 florins à sa femme Isabeau de Puy Montbrun et lègue des biens à ses enfants Aubert, Hugon, Jeanne, Laurence et Georges et à son fils Charles protonotaire du Saint Siège Apostholique (Jarjayes n° CDLXXXVIII )

 

Le premier juin 1567, à Jarjayes, testament de noble Ysabeau du Puy de Montbrun, femme de noble Jean Flotte, seigneur de la plus grande part de Jarjayes, mère de Hugues, de Catherine et de Jeanne Flotte (Jarjayes n° DXCV).

 

En 1572, Jean Flotte, qui avait embrassé le calvinisme, fait établir le culte réformé à Jarjayes (Allemand [25]).

 

Le 31 juillet 1588, testament de noble Jean Flotte, coseigneur de Jarjayes, mari d'Ysabeau de Montbrun, père d'Hugues, de Catherine et Jeanne Flotte, reçu par Mtre Pierre Peloux (Jarjayes n° DCIV).

 

Le dernier acte signé de Jean de Flotte date du 28 décembre1588. Le 29 janvier 1592, Isabeau est dite veuve ; Elle serait décédée après juin 1602 (Jarjayes p 805).

 

Catherine fille de Jean de Flotte et d'Isabeau de Puy Montbrun est décédée en 1627.

 

Joseph (°1590 +>1644) x Diane de Piarre :
Joseph, fils de Gaspard et de Catherine Flotte, est né vers 1590.

 

Ancien officier au service de la Hollande (1605 - 1607), capitaine du régiment de Sault en 1610, il succède à son père dans le gouvernement de Gap en 1619 (G. Allard).

 

Dans un acte du 1 mai 1636 de Joseph de Montauban-Rambaud, seigneur de Jarjayes et de Montgardin, de Scipion et François, seigneur du Villard, et de Pierre, sieur de Bruyères (absent) est mentionné le testament de leur bisaïeul Perceval (Mtre Catelan de Veynes 1 E 1096).

 

Joseph, seigneur de Jarjayes, épouse Diane de Piarre (1591-1656), fille de feu Louis, coseigneur de Sigottier, et d'Antoinette de Saint-Germain. Une sentence sur la dot de Diane de Piarre est dréssée le 3 juillet 1608 (ADHA série 2 E 31). Le contrat de mariage est signé le 2 mai 1609. Son père, seigneur du Villar et gouverneur pour le roi de Gap, lui donne la moitié de ses biens et tout ce qu'il a à Ancelle, Saint-Léger, Montorcier, Orcières. Diane est accompagnée de sa mère, dame en partie de Jarjayes, de Jean de Fiquet son parâtre qui lui donne 3000 L, de noble Pierre Beatier-Robert, seigneur de Jarjayes, son oncle et de noble Ennemond Moret, avocat, son beau-frère. Sa mère lui donne tous ses biens dépendants de la juridiction de Jarjayes représentant 12000 L (ADHA série 7 E 28).

 

Les enfants de Joseph et de Diane sont (d'après le testament de Joseph) :

  • Antoinette x Jean de Bardonnenche  (testament le 4 août 1691 série B 514) ; Antoinette est morte le 13 février 1700 (AD Is [26] série B 514)
  • Elisabeth x Joseph de Milliaris (AD Is série B 514) ; Le 3 février 1703, elle fait un don à Henri Laurent de Montauban-Flotte, son petit neveu (7 E 38) ; elle est décédée après 1703 ;
  • Diane x Pierre de Reynard, sieur du Serre de Corps (ADHA série B 514) ; Une transaction entre Henri son frère et Pierre son mari portant quittance finale de sa dot est passéee le 17 mai 1685 (7 E 31) Elle décédée après 1700 ;
  • Catherine mariée le 1 septembre 1648 à Cyrus Autard de Bragard (J. Grosdidier)
  • Françoise décédée le 20  août 1672 (ADHA 1 E 404 Jacques Armand de Gap [27]) ;
  • Henri, héritier universel de son père en 1644 ; Il sort du royame en 1688 (J. Grosdidier) ;
  • Jacques qui suit ;

 

Le 19 novembre 1544, testament de Joseph de Monautan-Flotte, seigneur de Jarjayes et coseigneur de Montgardin ; malade ; de religion réformée ; il lègue 30 L à l'église réformée d'Ancelle et confirme les 30 L données en 1627 à l'église réformée de Gap ; Scipion, sieur des Flottes, son frère et exécuteur testamentaire ; Diane de Piarre son épouse ; Henri son fils, sieur de Laval (HU) ; Catherine, Françoise, Diane, Isabeau et Antonie ses filles  auxquelles il lègue 7000 L ; Jacques son fils à qui il donne tout ce qu'il a à Montgardin, la Batie-Neuve, La Batie Vieille, Avançon et Rémollon (7 E 15).

 

La famille de Diane ;

Diane est la fille de Louis de la Piarre et d'Antoinette de Saint-Germain.

 

En 1601, achats de diverses propriétés par Antoinette de Saint-Germain, épouse de Louis de la Piarre (ADHA série 7 E 25).

 

Le 3 juillet 1608, sentence arbitrale et autres titres relatifs à la dot de Diane de Piarre, femme de Joseph de Montauban (ADHA série 7 E 31)

 

Entre 1646 et 1648, procès entre Diane de Piarre et Henri de Montauban son fils (ADHA série 7 E 30).

 

Diane de la Piarre teste le14 juillet 1655 (ADHA E 142).

 

Jacques (°1620 + >1670) x Marie de Reynard :

Jacques de Montauban, coseigneur de Montgardin, est né vers 1620. Il est de religion réformée. Jean Grosdidier des Matons nous apprend qu'il a été cornette dans les cravattiers du duc de Tallard.

 

Le 30 mai 1665, Jacques de Montauban reçoit de son frère Henri, seigneur de Jarjayes, les biens qu'il possède à Ancelle, la Rochette, Valserre, Saint-Etienne d'Avançon pour tenir lieu des intérêts 50 000 L qu'il lui doit (ADHA série 7 E 31).

 

Le 2 mars 1668, cession de diverses sommes par noble Jacques de Montauban, en qualité de père et administrateur d'Henri et de Scipion de Montauban, héritiers de dame Marie de Reynard, leur mère décédée sans testament (1 E 3114 Mtre Plauche de Gap [28])

 

Marie de Reynard, veuve en premières noces de Daniel de Philibert (ADHA 1E 3752 Mtre Vacher de Saint Julien [29]), se remarie le 25 novembre 1657 chez Mtre Villari avec Jacques de Montauban-Flotte (J Grosdidier) d'où :

  • Henri qui suit ;
  • Scipion, dernier héritier de cette branche (ci-dessous) ;
  • Honoré qui teste le 24 avril 1677 (ADHA 1 E 408 Jacques Arnaud de Gap [30]) ;
  • Louise morte en pupilarité (J. Grosdidier).

 

Le 10 mars 1670, cession faites par Michel Feron f Paul à noble Jacques de Montauban (ADHA 1 E 3116 M° Jean Plauche [31]).

 

Le 24 mai 1670, testament de Jacques de Montauban-Jarjayes feu Joseph, veuf de Marie de Reynard ; Henri, son fils ainé âgé de moins de 25 ans est son héritier universel (20000 L) et Scipion, âgé de moins de 18 ans, son fils cadet (24000 L) ; Henri son frère (ADHA 1 E 3116 p 195 M° Jean Plauche de Gap).

 

La famille de Marie :

Marie de Reynard d'Avançon est la fille de François et de Marguerite de la Tour Bourrelon. Elle épouse Daniel Philibert le 4 août 1654 à Saint-Julien (ADHA Mtre Vacher de Saint-Julien 1 E 3752). 

 

François, son père, seigneur d'Avançon, a successivement épousé Marguerite de la Tour Bourrellon en 1616 puis Louise du Serre du Rivail.

 

Florent de Reynard, son grand père, premier secrétaire de François de Lesdiguières, se marie avec Marguerite Bonnard fille de f François d’Aspres le 1 août 1589 (ADHA E 124). Il se remarie entre 1616 et 1618 avec Marguerite d’Armand fille de Pierre, dame de Saint-Jacques et d’Aubessagne (J. Gueydan [32]). Florent, trésorier de France, fait un testament 24 janvier 1696 (ADHA E 124) en présence de noble Esprit Michel de Beauregard.

 

Marie est décédée avant le 2 mars 1668.

 

Henri x Lucrêce de Martinel:

Henri, seigneur de Jarjayes, colonel de cavalerie, est né peu avant 1660. Il épouse Lucrêce de Martinel en 1681. Après son mariage, il sort de France pour cause de religion.

 

Entre 1671 et 1673, procès au baillage du champsaur entre noble Henri de Montauban-Flotte, seigneur de Jarjayes, et plusieurs particuliers accusés de crime de larcin dans les bois d'Ancelle (ADHA série 3 E 4527 [33]).

 

Le 26 mars 1681, Henri de Montauban épouse Lucrêce de Martinel fille de Laurent, seigneur de Roussas, et de dame Justine de Payan (ADHA 7 E 28 d'après Mtre Arnaud de Saint-Paul-Trois-Châteaux), en présence de Scipion, frère du marié, de Blanche, soeur de la mariée et d'Henri de Montauban-Flotte, grand-oncle du marié, qui lui donne tous ses biens. De ce mariage est né :

  • Henri-Laurent qui suit.

 

Le 17 mai 1685, transaction passée entre noble Henri de Montauban, seigneur de Jarjayes, et noble Reynard du Serre, seigneur de Thèze, portant quittance finale de la dote qui avait été constituée à son épouse Diane de Montauban (ADHA série 7 E 31).

 

Le 13 janvier 1688, déclaration d’Henri seigneur de Jarjayes, capitaine des chevaux légers ; Scipion, sieur de Laval, son frère, déclarent avoir reçu d'Antoine de Lafond seigneur de Savines (ADHA 1 E 3267 P Rispaud d'Embrun [34] ).

 

Le 11 novembre 1686, transaction entre Henri de Montauban et le sieur de Laval, son frère, au sujet de la substitution contenu dans le testament de leur [grand-père] f Joseph de Montauban chez Mtre Villari, le 19 novembre 1644 (ADHA 7 E 31).

 

Le 20 janvier 1693, bail à ferme général des rentes et revenus de messire de Montauban, seigneur de Jarjayes passé par Joseph Bouffier pour six années au prix annuel de 4900 livres (ADHA 7 E 31).

 

Henri est mort le 20 septembre 1702 en Italie (ADHA 1 E 770 Mtre Blanc d'Embrun [35]) après avoir fait son testament le 11 mars 1702 (ADHA 1 E ... Mtre Thomé de Gap [36]). Il avait acheté un régiment de cavalerie peu avant son décès (ADHA Mtre Blanc 1 E 770).

 

Henri-Laurent :

Henri-Laurent est né le 12 octobre 1682 (il aurait eu 25 ans le 12 octobre 1707 (ADHA Mtre Blanc 1 E 770). Il sort de France avec sa mère à l'âge de 3 ans (Mtre Blanc) avant d'y revenir en 1699 et d'abjurer la religion réformée (J. Grosdidier)

 

Le 3 février 1702, don de dame Isabeau de Montauban à noble Henri-Laurent, son petit-neveu (ADHA 7 E 38). Le 7 janvier 1704, Henri-Laurent nomme Mte Barbaroux curateur de la succession de Dame Isabeau sa tante (ADHA 7 E 40)

 

Le 8 novembre 1707, inventaire des biens de Lucrêce de Martinel, pour Henri-Laurent son fils (ADHA 7 E 38).

 

Le 1 décembre 1707, convention entre Henri-Laurent de Montauban et Scipion au sujet d'une pension (ADHA 7 E 40).

 

Le 5 octobre 1715, Henri-Laurent épouse Anne Souchon de Praux fille de Claude, baron d'Avançon et premier président au parlement de Provence, et de Lucrêce Estienne de Bourguet (ADHA 1 E 3650 Mtre Thomé de Gap [37]). Ce mariage reste sans postérité et Scipion, l'oncle d'Henri-Laurent, lui succède à la tête de la seigneurie.

 

Le 24 février 1718, transaction entre Henri-Laurent de Montauban et son oncle scipion qui a géré son héritage pendant sa minorité (Blanc 770 p 187).

 

Le 5 octobre 1718, testament de Henri-Laurent de Montauban-Jarjayes en faveur de son oncle Scipion de Montauban-Jarjayes (7 E 38).

 

Le 6 novembre 1723 François Martin, notaire royal de Théüs, au nom de Henri-Laurent de Montauban-Flotte, seigneur de Jarjayes et de Chatillon le Désert, pour 56 720 L dues à des arérages de rentes en faveur d'Antoine de Lafond, marquis de Savines pour une obligation de 1709 (1 E 772 Mtre Blanc d'Embrun [38] p 258).

 

Henri-Laurent meurt en avril 1731 (ADHA E 142).

 

Scipion :
Scipion est le dernier représentant de cette famille et l'oncle de Henri-Laurent. Par testament, il lègue sa seigneurie à Henri de Piolenc et à Honoré de Barras de la Penne.

 

Le 5 mars 1705, cession de Scipion, colonel de cavalerie et chevalier de Saint-Louis héritier d'Henri son frère, aussi colonel de cavalerie, qui vend une pension de 6340 L à lui due par l'hôtel de Paris à Charles de Lafond, chevalier sieur de Savines (ADHA 1 E 3457 Mtre Saint d'Embrun [39]).

 

Le 31 janvier 1717, compromis entre Scipion, chevalier et gouverneur de Seyne, et Henri Laurent de Montauban-Flotte, seigneur de Jarjayes, son neveu pour l'héritage de son frère Henri de Montauban (ADHA 1 E 770 Mtre Blanc Mtre d'Embrun ).

 

Le 24 février 1718, transaction entre Scipion, brigadier et gouverneur de la ville et viguerie de Seyne et Henri-Laurent de Montauban seigneur de Jarjaye et Chatillon-le-désert fils et héritier universel d'Henri de Montauban, colonel de cavalerie (ADHA 1 E 770 Mtre Blanc d'Embrun p 187).

 

Scipion de Montauban-Flotte, brigadier des Armées et Gouverneur de Seyne, teste en 1732 à charge de reprise de son nom par Henri de Piolenc (7 E 38).

 

 

Bibliographie :

[1] Série 7 E Mandement de Jarjayes conservées aux archives départementales des Hautes-Alpes (désormais (ADHA 7 E 28)

[2] Histoire genealogique des familles, De Bonne, De Crequy, De Blanchefort, ..., De Montauban 1672 Guy Allard

[3] Généalogie de la famille d'Aix-Artaud 1901 Joseph Roman dans bulletin de la société d'études des Hautes-Alpes

[4] Les Alleman 1988 Michel Rieutor

[5] Armorial Haut-Alpin 2003 Jean Grosdidier des Matons

[6] La terre de Jarjayes 1946 Manteyer dans bulletin de la société d'études des Hautes-Alpes (désormais Jarjayes)

[7] Cartulaire de la chartreuse Notre Dame de Durbon 1893 Paul Guillaume

[8] Cartulaire de Notre Dame de Bertaud 1888 Paul Guillaume

[9] Série F conservée aux Archives Départementales des Hautes-Alpes (désormais ADHA série F) 

[10] Série E conservée aux Archives Départementales des Hautes-Alpes (désormais ADHA série E)

[11] Série G conservée aux Archives Départementales des Hautes-Alpes (désormais ADHA série G)

[12] Mémoires pour servir l'histoire des comtés de Die et de Poitiers 1897 Jules Chevalier

[13] Regeste Dauphinois (désormais RD) 1913 - 1926 Ulysse Chevalier

[14] Inventaire chronologique et analytique des chartes de la maison des Baux 1888 L Barthélémy

[15] Mondragon de Provence (des origines à 1536) 1977 Estienne de Smet

[16]  La Provence (879 - 1179) 1976 Jean-Pierre Poly

[17] Histoire du Dauphinais tome I 1722 Valbonnais

[18] De l'usage des fiefs et autres droits seigneuriaux en Dauphinais 1831 Denis Salvaing de Bressieu première partie

[19] Acte concernant les vicomtes de Marseille et leurs descendants 1926 Girin-Ricard

[20] 1 E 1096 Minute de Mtre Calelan de Veyne conservée aux Archives Départementales des Hautes-Alpes

[21] Tableaux historiques des Hautes Alpes (désormais TH I) 1887 Joseph Roman tome 1

[22] 1 E 3924 Minute de Guillaume Leblanc d'Ancelle (non communicable) conservée aux Archives Départementales des Hautes-Alpes

[23] Correspondances de Lesdiguières 1882 J Roman tome II

[24] 1 E 3768 Minute de Mtre Jacques Vallon de Gap conservée aux Archives Départementales des Hautes-Alpes

[25] Histoire de Jarjayes 1895 Félix Allemand

[26] Série B conservée aux Archives Départementales de l'Isère (désormais Is)

[27] 1 E 404 Minute de Mtre Jacques Armand de Gap conservée aux Archives Départementales des Hautes-Alpes

[28] Minute de Mtre Plauche de Gap conservée aux Archives Départementales des Hautes-Alpes

[29] 1 E 3752 Minute de Mtre Vacher de Saint-Julien conservée aux Archives Départementales des Hautes-Alpes

[30] 1 E 408 Minute de Jacques Arnaud de Gap conservée aux Archives Départementales des Hautes-Alpes

[31] 1 E 3116 Minute de Mtre Plauche de Gap conservée aux Archives Départementales des Hautes-Alpes

[32] Les seigneurs de Beaumont 2003 Jean Gueydan

[33] Série 3 E 4527 conservée aux Archives Départementales des Hautes-Alpes

[34] 1 E 3267 Minute de Mtre Pierre Rispaud d'Embrun conservées aux Archives Départementales des Hautes-Alpes

[35] 1 E 770 Minute de Mtre Blanc d'Embrun conservéeArchives Départementales des Hautes-Alpes

[36] 1 E .... Minute de Mtre Thomé de Gap conservée aux Archives Départementales des Hautes-Alpes

[37] 1 E 3650 Minute de Mtre Thomé de Gap conservée aux Archives Départementales des Hautes-Alpes

[38] 1 E 772 Minute de Mtre Blanc d'Embrun conservéeArchives Départementales des Hautes-Alpes

|39] 1 E 3457 Minute de Mtre Saint d'Embrun conservée aux Archives Départementales des Hautes-Alpes

 

Il y a actuellement 1 utilisateur et 1 invité en ligne.