Les échos du site

Nous complétons et nous corrigeons le fichier « Notariat de Savines (05) » par la lecture des minutes de Mtre Jouve, en ligne sur le site des archives départementales des Hautes-Alpes.

Dernières minutes

 Menou est un petit village de la Nièvre, entre Donzy et Varzy, dans une région boisée, pas très loin de Cosne sur Loire. Ces deux clichés nous en donnent un rapide aperçu.

   
Château de Menou (58) Eglise de Menou

Au cours de nos recherches généalogiques dans cette région, nous avons "rencontré" quelques membres de cette vieille famille et, entre autre, à Herry, Jean-Pierre de Menou. Nous nous sommes laissés guider par notre curiosité et avons tiré les grandes lignes de cette maison.


Les origines :

Jean-Pierre de Menou (1675-1723) époux de Jacqueline le Normant, dame d'Herry, est un descendant, par Claude du Fau, des Capétiens et des grands de l'Europe médiévale (Bourbon, Montmorency, Bourgogne, Provence...). Jean-Pierre de Menou appartient à la branche des seigneurs de Champlivault, tige cadette des seigneurs de Boussay. Les Menou sont connus depuis 1121 et un certain Guillaume de Menoto qui fait donation aux moines de Tiron. Lachesnay Desbois [1] propose même une génération supplémentaire avec Jean qui rend hommage en 1055 pour un fief qu'il détenait dans le pays du Perche (sans preuve). Armand-François de Menou (des seigneurs de Boussay) obtient en 1697 que son fief de Nenveignes soit érigé en marquisat.

Dès le moyen-âge, les seigneurs de Menou occupent d'importantes fonctions auprès des rois de France. Pour preuves, Nicolas a accompagné Saint-Louis à Damiette en 1249 et Simon faisait parti du conseil de la régence à la mort de Louis X le Hutin. Nous invitons le lecteur à prendre connaissance de la généalogie de cette famille ci-dessous.
 
 
Cette généalogie est tirée de "Preuves de l'histoire de la maison de Menou" éddité en 1865 par Fichot & Didot [2]. Elle diffère sensiblement de celle rapportée par Lachesnay-Desbois ce qui est l'exemple parfait des difficultés que rencontre le généalogiste qui n'a pas toujours les moyens de choisir entre les hypothèses des divers auteurs.
 
 
Les seigneurs de Boussay :

 

La terre de Boussay, en Touraine, a été rapportée dans la famille de Menou, en 1338, par Jeanne Péan, fille unique de Jean. Les seigneurs de Boussay appartiennent, comme leurs ancêtres, à l'entourage des rois de France :

  • Jean, capitaine d'une compagnie de 100 hommes est fait prisonnier avec le roi Jean II le bon en 1352 et resta 5 ans en Angleterre.
  • Jean est Chambellan du roi Charles VII par lettres datées du 4 mai 1454. Il fut aussi Chambellan de Louis IX.
  • Jean de Menou est Maitre-d'hôtel de la reine Anne de Bretagne;
  • Philippe est Chambellan de Louis IX, Ambassadeur en Espagne, Maitre-d'hôtel d'Anne de Bretagne.
  • René est Echanson de la reine Claude de France.

Plusieurs auteurs rapportent que Jean de Menou, seigneur de Boussay, avait suivi, en 1414, le parti du Duc de Bourgogne, Jean sans peur, contre le roi de France. Il a été condammé à être décapité lors de la prise de la ville de Soisson où commandait Antoine de Craon, seigneur de Montbazon [3] .

Il est  assez difficile d'attribuer ces évènements à un personnage particulier, et d'autant plus, que les historiens ne donnent pas la même version des faits, les uns citant Jean, les autres Pierre [5] ou même Colinet. Nous remarquons toutefois que Jean, époux de Jeanne Galardon est décédé en 1414 et qu'un de ses fils se nomme Pierre.

La même année, Charles VI, roi de France, attribue par lettres patentes, les biens confisqués à Jean de Menou et à son fils Pierre au duc de Bourbon, Pierre, pour l'indemniser des dommages commis par Pierre de Menou contre ses châteaux de Saint-Rémy en l'Eau et  La Hérelle [4]. Borel d'Hauterives passe étrangement ces deux épisodes sous silence.

Les Menou marient un des leurs, René, à Claude du Fau, descendante de la haute aristocratie de France par l'intermédiaire de Jeanne de Bourbon, batarde du duc Charles. Nous rapportons ci dessous une partie de sa généalogie.

 

 

Jeanne de Bourbon, fille de Charles, duc de Bourbon, et de Jeanne de Souldet, est née hors mariage et a été légitimée en octobre 1462 en même temps qu'on lui accordait la permission de porter les armoiries qui rappelait son origine. Elle épouse Jean de Fau, maître-d'Hôtel du roi Louis XI, en 1472. Ce fut en faveur de leur fils Louis que la terre du Fau a été érigée en Baronie (Chalmel). 

 

René de Menou épouse Claude du Fau, dame de Mantelan, fille de feu François, Chevalier, et de Gabrielle de Villiers de l'Isle-Adam. Ce mariage est appuyé des puissantes recommandations du roi, de la reine et de Jeanne de Bourbon, grand-tante de la mariée qui était la petite fille de Marguerite de Montmorency et la petite nièce de Philippe de Villiers, grand maître de l'ordre des chevaliers de Saint Jean de Jérusalém.

 

Les seigneurs de Champlivault :

La branche des Champlivault commence avec Claude, fils de Jean et de Michelle de La Châtre, qui épouse le 19 novembre 1596 Françoise de Viault, fille unique de René, seigneur de Champlivault. Les Menou issus de cette branche font carrière dans l'armée et leur l'importance décline avec le temps. Jean Pierre est capitaine dans le régiment de la Sarre et Chevalier de l'ordre de Saint-Louis. Il laisse trois filles dont Marie qui épouse à Herry, le 11 juin 1748 Hector Pochon de Beauregard.

lu

-------------------------------- 

[1] Dictionnaire généalogique Vol 10 La Chesnay Desbois

[2]  Preuves de l'Histoire de la Maison de Menou 1852 Borel d'Hauterive

[3] Histoire de Touraine 1828 JL Chalmel

[4] Enguerrand de Bournonville et les siens 1997 Bertrand Schnerb

[5] Histoire des ducs de Bourgogne de la maison de Valois 1364-1477 P Brugière de Barante

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Il y a actuellement 1 utilisateur et 0 invité en ligne.