Les échos du site

Nous sommes à la recherche de l’article de Jean-Noël Mathieu : « Nouvelles recherches sur les premiers comtes de Tonnerre » publié dans le bulletin archéologique et historique du Tonnerrois n° 51. Si un de nos lecteurs peut nous en fournir une copie…

Dernières minutes

Arnaud de Trian, vicomte de Tallard dès 1322, est le neveu de Jean XXII, second pape d'Avignon (1316 - 1334). Sa carrière se déroule auprès de son oncle, dans le royaume de Naples puis, dans le Comtat Vénaissain. Après la mort de ce parent providentiel, Arnaud de Trian se retire sur ses terres situées en Provence et en Dauphiné (et aussi dans l'Albigeois et le Quercy).

 

Arnaud n'a pas bonne réputation et laisse le souvenir d'un homme dur et sans pitié. Voici le portrait au vitriol qu'en trace l'auteur Michel Peyramaure [1] : Arnaud de Trian était l’image d’un prédateur. Ce personnage assurait au palais les fonctions de maréchal de justice : un titre qui s’alliait mal à ce fauve d’une sottise et d’une férocité insignes […]. Il faut en convenir, Arnaud de Trian avait fière allure. Il en imposait par sa taille hors du commun, sa carrure massive, ses mains larges comme des battoirs à linge dont il usait volontiers, par jeu, pour assommer des ânes. Son visage paraissait façonné dans un bloc de glaise, par un potier ivre, à coup de poing. Le verbe tonitruant, un rire fracassant, un accent rocailleux, accentuaient son aspect farouche. Il ne faisait pas bon de passer entre ses mains [...]. On le méprisait mais on le redoutait car il était le véritable maitre du palais…

 

Arnaud de Trian et son oncle Jean XXII sont originaires du Quercy. L'ancêtre, Arnaud Duèze, père du prélat, est un riche bourgeois de la ville de Cahors. Les historiens qui ont tenté de déterminer les origines de cette famille, n'ont pas eu un grand succès.

 

Au cours de sa longue carrière, Arnaud de Trian se taille un patrimoine important. Dès 1322, il devient vicomte de Tallard et on lui doit probablement les parties les plus anciennes du château érigé en ce lieu.

 

La documentation historique sur Arnaud de Trian et, surtout, sur son oncle le pape Jean XXII, est assez abondante. Citons quelques auteurs qui se sont penchés sur cette famille :

  • Jean Bertrandy qui s'est intéressé aux circonstances de l'élection de Jean XXII [2] ;
  • Le chanoine Edmond Albe qui a cherché à déterminer des éléments probants sur la famille de Trian (1902 - 1905)  [3] ;
  • Joseph Roman, historien local, détenteur du château de Tallard qui est allé faire des recherches en Italie  et qui a laissé un article [4] et un livret [5] sur les faits et gestes d'Arnaud de Trian ;
  • Emile Augier[6], auteur comtemporain et rigoureux qui corrige ses prédéssesseurs.

 

Notons qu'un "Cahier de Fanjeaux" [7]  est entièrement consacré au pape Jean XXII (non consulté).

 

Le château de Tallard :

L’histoire du château de Tallard commence au Xe siècle avec les princes d’Orange. Devenus "propriétaires des terres de Tallard", ils font construire une tour en bois. Un premier changement de propriétaire intervient en 1215 : le château est vendu aux chevaliers de Saint-Jean de Jérusalem. Un petit castelet est édifié à l’endroit de la tour (Le Dauphiné Libéré [8]).

En 1322, Arnaud de Trians, "seigneur de Tallard", fait construire un premier château fort, "grand corps de logis flanqué de tours". A la fin du XVe siècle, Bernardin de Clermont, agrandit et réhabilite avec la fortune de sa femme le vieux château en une belle demeure, et commande la construction de la chapelle de style gothique flamboyant. Son fils termine les travaux, qui prennent deux générations. Le château prospère ainsi jusque vers 1562, avant de subir les dégâts des guerres de religion, d’être de nouveau restauré par Étienne de Bonne d’Auriac puis de revenir à Camille d’Hostun. Celui-ci ne répare pas le château après son incendie par l’armée du Duc de Savoie en 1692. Après de longues décennies d’abandon, dont il reste des vestiges, l’historien Joseph Roman achète à son tour le château en 1897 : il fait classer la chapelle et reboiser le parc de la Garenne (Le Dauphiné Libéré).

 

En 1927, Blanche de Clermont-Tonnerre apprend que ce château appartenait à ses aïeux et décide de le racheter. Elle s’installe à Tallard avec sa petite nièce, Marie-Christine de Bourbon-Sicile. À sa mort en 1944, c'est sa nièce qui hérite mais elle n’a que 10 ans et elle est éduquée ailleurs.

 

Enfin, dans les années 1950, le prêtre Richard Duchamblo [9] demeurant à Tallard décide de sauver le château et retrouve la petite nièce de Blanche de Clermont-Tonnerre. Il faudra attendre sa majorité  pour que la mairie rachète le château en 1957. Dès lors, des restaurations sont entreprises...

 

Arnaud de Trian :

Revenons sur Arnaud de Trian, seigneur de Tallard pendant une trentaine d'année, dans la première moitié du XIVe siècle.

 

Les ancêtres connus d'Arnaud :

Nous l'avons écrit en introduction, les ancêtres de Jean XXII sont quercycois. L'historien Etienne Baluze [10] a supposé que ce pape appartenait, à tord, à une famille noble. Les lettres d'anoblissement, obtenues par Pierre, frère du prélat, prouve le contraire (Bertrandy preuves n° 8). D'autres ont au contraire, probablement dans le but de dénigrer le pontife, martelé que Jean XXII était le fils d'un savetier de Cahors. En réalité, la famille Duèze tenait un des premiers rangs de la bourgeoisie cadurcienne.

 

Arnaud Duèze, grand-père maternel d'Arnaud de Trian :

Les médiévistes n'ont pas réussi à remonter la généalogie des Trian au delà d'Arnaud Duèze, grand-père d'Arnaud à qui il a cédé son prénom.

 

Les Duèze font partie de ce milieu de marchands et banquiers qui ont accumulé des fortunes considérables (E. Augier). Rien n'est bien certain au sujet d'Arnaud, né vers 1220, mais il est considéré comme un riche bourgeois, ce qui est confirmé par les alliances réalisées par ses enfants.

 

Marié à Ne de Béraudie, on lui connait, d'après E Augier, cinq enfants :

  • Marie, femme de Pierre de Via (premier consul de Cahors en 1309) ;
  • Ne x Bertrand de Jean ;
  • Marguerite x N La Pérarède ;
  • Huguette x Guillem (ou Bertrand) de Crayssac, parents d'Arnaud de Trian ;
  • Jacques, pape d'Avignon sous le nom de Jean XXII ;
  • Pierre (°1250 + 1326), vicomte de Caraman, marié en 1273 à Marguerite Grano puis à Jeanne Frésapa et, enfin, à Béraude d'Artaud.

La notoriété de cette famille prend son envol avec Jacques, fils d'Arnaud, qui est élu pape en 1317. L'évêque de Toulouse, Louis II (1296 - 1697), fils du comte de Provence Charles II introduit Jacques Duèze à la cour de Naples. Jacques est nommé évêque de Fréjus (1300 - 1310), puis, devient en 1308, chancelier et membre du conseil du roi Robert. En 1312, il est nommé cardinal avec le titre d'évêque de Porto. Enfin, le 7 août 1316, il est élu pape sous le nom de Jean XXII.

 

La descendance d'Arnaud Duèze est résumé dans le H&G [11] n° 135 (p 131).

 

 

Les origines du père d'Arnaud de Trian :

Joseph Roman avoue qu'il n'a rien appris sur la condition sociale des parents d'Arnaud de Trian, même pas leur prénom. Nous savons maintemant que les ancêtres agnatiques du vicomte de Trian étaient seigneurs de Crayssac, dans la baronnie de Luzech, près de Cahors.

 

Très généralemnt, l'historiographie nomme Guillaume et Huguette/Marguerite les parents d'Arnaud mais un doute subsiste. En effet, E. Augier s'interroge et propose que ce soit un certain Bertrand, seigneur de Crayssac, né vers 1250 et mort après 1301 qui ait épousé Huguette Duèze vers 1270. En effet, cet auteur (p 105) explique que le prénom de Guillaume provient d'une erreur de l'historien quercycois G. Lacoste [12] qui s'appuye lui-même sur un érudit local D. Malvesin [13]. Malvesin raconte, qu'en 1272, Guillaume de Trian achète des terres dans le terroir de Verlhes et Valpradres (en quercy). G Lacoste en tire la déduction que Guillaume est le père d'Arnaud. Or, Arnaud porte le nom de Trian d'une terre que lui a apporté son épouse Marie de Bari. Il faut donc se résoudre à déduire que ce Guillaume de Trian n'a rien à voir avec la famille que nous étudions.

 

D'autre part, E Augier rappelle que le chanoine Albe (Autour de Jean XXII famille de Trian p 73), qui a trouvé l'information dans Boutaric [14] (Arrêt du parlement de Paris n° 2731 (I p 267) et 3118 (II p 14)) écrit : Divers arrêts des "olims" nomment Bertrand de Crayssac comme seigneur du lieu vers 1301.

 

Bertrand et Huguette ont eu plusieurs enfants :

  • Arnaud, vicomte de Trian, qui suit ;
  • Jean qui reçoit du pape Clément V la prévôté de l'église de Barjolsau, diocèse de Fréjus (E Augier). Il meurt le 20 avril 1317 ;
  • Bernarde x Hugues de Cardaillac, fils de Marc, seigneur de Foissac ;
  • Hugues (?), religieux :
  • Pierre (?) religieux mort en 1327.

 

Arnaud de Trian :

Arnaud apparait en 1309 au service du roi de Naples Robert, comme maitre de la milice, juge de la terre de Labour et du comté de Molise, de la basilicate et du comté de Melfi. A cette époque, il est déjà marié avec Marie de Bari (Roman). C'est bien évidemment son oncle, le futur pape Jean XXII qui lui met le pied à l'étrier, lui qui a été précepteur du roi Robert.

 

Sceau d'Arnaud de Trian (Roman)

 

Le chanoine Albe nous apprend qu'Arnaud est fait chevalier par le roi Robert au temps où sont oncle était cardinal (1312 -1316).

 

En 1313, le roi Robert autorise Arnaud à posséder dans le royaume de Naples un revenu de 290 écus d'or de rente et il lui donne l'investiture des terres d'Alife, Piemonte d'Alife, Tubarole, Caleno en partie, Castel-Dracone, Sant-Angelo-Latina et Baia, toutes ressortissant du comté d'Alife en terre de Labour, de celles de Casale-Oliveto, Casale-Labelle et Medieras en Basilicate, de Celle dans les Abbruzes (J. Roman).

 

Arnaud épouse, avant 1309, Marie Kyriel de Bari, dame de Triggiano, fille de Bonussinus de Bari, une descendande de Robert de Bari, protonotaire du roi Charles I d'Anjou, et son principal ministre (E. Augier). Marie apporte à son époux la terre de Triggiano. Arnaud adopte le nom en le "francisant" en Trian. Marie de Bari décède dans l'été 1328. Les frais de funérailles sont enregistrés le 1 septembre 1328 (Albe).

 

L'oncle d'Arnaud est élu pape en 1316 sous le nom de Jean  XXII et se fixe à Avignon. Dès 1317, Arnaud est nommé maréchal de l'Église et gouverneur du Comtat-Venaissin, ce qui le contraint à se fixer en Avignon tout en conservant dans le royaume de Naples les titres honorifiques de chambellan, de familier du roi et de maître de la milice (J. Roman).
 

Pour s'attirer les bonnes grâces du pape, le roi de France, Philippe le Long, comble Arnaud de cadeaux. Ainsi, Arnaud reçoit-il trois cents livres de rente en fonds de terre ainsi que la seigneurie de Castelneau de Montmirail en Albigeois (J. Roman).

 

En  1322, Arnaud échange avec les chevaliers de Saint-Jean de Jérusalem ses domaines dans le royaume de Naples contre les fiefs provençaux de Tallard, Régusse, Saint-Julien le Montassier, Montméyan, Montfort et les moulins de  la Rochette  sur le Verdon (Roman). 

 

En 1326, Arnaud obtint du roi Robert l'érection de la terre de Tallard au titre de vicomté et, le 9 janvier 1350, moyennant 10 000 florins, la concession de tous les droits régaliens y compris celui de haute justice.

 

En 1328, Arnaud prête hommage au roi Robert pour ses possession provençales (E. Augier).

 

le 18 février 1329, Arnaud épouse Constance, fille du vicomte Aymeri de Narbonne et de Jeanne de l'Isle-Jourdain (Albe). Constance rattifie un accord entre ses parents et ses frères en 1322. Sa dote s'élève à 8000 livres tournois (E. Augier).

 

Jean XXII meurt en 1334. L'année suivante, Arnaud cesse toute fonction à la cour d'Avignon (E. Augier).

 

En 1347, un conflit oppose Arnaud, vicomte de Tallard et l'évêque de Gap. L'année suivante, une trêve est conclue entre les deux hommes (E. Augier).

 

Nous connaissons plusieurs enfants arrivés à l'age adulte d'Arnaud de Trian (si pour J. Roman, tous les enfants d'Arnaud sont ceux de sa seconde épouse, il n'en va pas de même de E. Augier) :

- sont nés de Marie de Bari :

  • Arnaud qui est investi de la terre de Triggiano et qui meurt en 1336 (E. Augier) ;
  • Jeanne qui épouse en 1327 Guichard de Poitiers ;
  • Louis, vicomte de Tallard après son père, marié à Anne de Teridde (+ en 1348 ?) puis uni en 1355 à Mabille d'Agoult fille de Foulque, seigneur de Sault et d'Alix des Baux ;

- sont nés de Constance de Narbonne (x le 18 février 1329) :

  • Constance (x Raymond des Baux-Orange) morte jeune et sans enfant ;
  • Aimery x Bourgette d'Oraison fille d'Elzeard et d'Agnès de Sabran.

 

Arnaud de Trian meurt en 1350. Son fils Louis lui succède...

 

Bibliographie :

[1] La Tour des Anges 1997 Michel Peyramaure

[2] Recherches historiques sur l'origine, l'élection et le couronnement du pape Jean XXII 1854 M Bertrandy

[3] Autour de Jean XXII famille de Trian 1902 - 1905 chanoine Edmond Albe

[4] Arnaud de Trian Maréchal de l’Église et gouverneur du Comtat Venaissin en 1317 Joseph Roman, paru dans le Bulletin de l’Académie delphinale en 1901 (n° 43)

[5] Autour d'Arnaud de Trians, vicomte de Tallard 1902 Joseph Roman

[6] Arnaud de Trian et son temps 2000 Emile Augier

[7] Jean XXII et le Midi 2012 Cahier de Fanjeaux n° 45 

[8] Aux origines de Tallard, un château témoin de l’histoire article publié le 1 juin 2011 dans Le Dauphiné Libéré

[9] Richard Duchamblo, Tallard et son Château, Tallard, imprimerie Louis-Jean,‎ 1991 Registre relatant l'histoire du village et de son château

[10] Vies des papes d'Avignon 1693 Etienne Baluze tome I

[11] Héraldique et généalogie ()désormais H&G n°135 année 1995

[12] Histoire générale de la province de Quercy 1884 Guillaume Lacoste

[13] l'histoire de la Chartreuse de Cahors D. Malvesin

[14] Arrets du Parlement de Paris 1863-1867 E Boutaric tome 1et tome 2

 

 

Il y a actuellement 1 utilisateur et 0 invité en ligne.